Honorius et son infaillibilité pontificale.

Un forum pour ceux qui cherchent le véritable successeur de St-Pierre, soit le vicaire de Jésus-Christ.
Un forum pour ceux qui considère que la chaire de Pierre n'est plus à Rome.

Honorius et son infaillibilité pontificale.

Message par Léon XIV » 01 Juin 2010, 08:03

    Honorius, le dogme de l'incarnation et son infaillibilité pontificale.


    « Mon prédécesseur susdit disait donc, dans son enseignement sur le mystère de l’incarnation du Christ, qu’il n’a pas existé en lui, comme en nous pécheurs, deux volontés contraires, de l’esprit et de la chair. Ce que certains ont retourné en leur propre conception, et ils ont pensé qu’il aurait enseigné une seule volonté de sa divinité et de son humanité, ce qui est totalement contraire à la vérité » (Pape Jean IV: lettre Dominus qui dixit à l’empereur Constantin III, printemps 641). De plus, il est important de clarifier le dogme de l'incarnation pour comprendre un peu le cas d'Honorius. On affirme que Jésus-Christ a deux volontés en lui et cette affirmation est vraie. Mais d'un point de vue théologique, on peut aussi dire qu'il n'a qu'une seule volonté. Les deux affirmations peuvent être vraies. Ce qui mélange tous les théologiens sur ce sujet. La première affirmation est vraie uniquement parce que la volonté de la chair existe en Jésus-Christ.

    Et l'affirmation qu'il y a qu'une seule volonté en Jésus-Christ est aussi vraie, car la volonté de sa chair ne s'exprime jamais, elle est complètement soumise à Dieu, c'est seulement la volonté de son esprit qui s'exprime. La chair de Jésus n'exprime jamais sa volonté, c'est pour cela qu'on peut aussi dire que Jésus n'a qu'une seule volonté qui s'exprime ou sinon Jésus n'aurait pas fait la volonté de Dieu en tout temps. Et sur chaque geste que l'on doit faire, il n'y a qu'une seule volonté de Dieu et non deux. Et ce qui mélange encore plus les théologiens, c'est que la volonté de la chair de Jésus ne s'additionne pas à celle de son esprit pour n'en faire qu'une seule, comme l'affirme Jean IV par la conjonction de coordination "et" qui suppose selon le sens du texte une addition.

    Donc, deux volontés existantes en Jésus et une seule volonté agissante.
"La France c'est le ciel"
Avatar de l’utilisateur
Léon XIV
Site Admin
 
Message(s) : 165
Inscription : 05 Mai 2010, 17:48

Re: Honorius et son infaillibilité pontificale.

Message par Léon XIV » 01 Juin 2010, 08:06

    Voici un extrait du concile Vatican II CONSTITUTION PASTORALE GAUDIUM ET SPES
    SUR L'ÉGLISE DANS LE MONDE DE CE TEMPS (1)


    22§ 2. « Image du Dieu invisible » (Col. 1, 15) (21), Il est l'Homme parfait qui a restauré dans la descendance d'Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu'en Lui la nature humaine a été assumée, non absorbée (22), par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son Incarnation, le Fils de Dieu s'est en quelque sorte uni Lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d'homme, Il a pensé avec une intelligence d'homme, Il a agi avec une volonté d'homme (23), Il a aimé avec un coeur d'homme. Né de la Vierge Marie, Il est vraiment devenu l'un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché (24)." (Tiré du site officiel du Vatican)


    Tout d'abord, pour comprendre la subtilité de l'hérésie contenue dans cet extrait du Concile Vatican II, il faut comprendre que notre volonté réside dans notre esprit, mais qu'il arrive parfois que la volonté de notre chair, nous pousse au péché, c'est pour cela qu'il faut la combattre, par la pénitence et la prière. Ou sinon, on se fait l'esclave de nos passions charnelles. C'est pour cela que l'Église enseigne que la chair a sa volonté propre qui est de nous tourner vers le péché et de nous inciter à fuir la croix comme un objet répugnant. Mais Jésus, n'a jamais succombé à la tentation, c'est pour cela que j'affirme que la volonté de sa chair humaine n'a pas eu d'emprise sur son esprit divin, elle n'a pas influencé d'aucune manière la volonté divine de son esprit. Notre intelligence est humaine parcequ'elle interprète la vérité selon la chair, nos passions charnelles obscurci notre jugement. C'est pour cela, contrairement à ce qu'affirme le Vatican, que Jésus n'a pas d'intelligence d'homme, et n'agit pas avec une volonté d'homme, mais bien avec une intelligence et une volonté divine, car il n'a pas laissé sa chair humaine obscurcir son jugement. On voit clairement dans le passage de l'Évangile à Gethsémani lors de sa dernière tentation que Jésus a placé la volonté de sa chair en soumission à la volonté divine de son esprit qui est de faire la volonté de son Père. Il a donc tué la volonté de sa chair humaine qui était de vivre et non de mourir sur la croix. Il a tué le vieil homme, comme l'Église l'enseignait autrefois. La volonté de sa chair ne s'exprime pas et cette chair humaine n'est qu'un contenant pour son esprit Divin. Il n'y a pas de symbiose entre l'esprit de Jésus et l'esprit humain. C'est un fondement de la foi catholique depuis toujours qui est contredit dans ce concile. L'esprit d'Adam avant le péché tire son origine de Dieu, alors que son corps a été créé à partir du néant, car Dieu n'avait pas de corps à lui offrir. L'esprit d'Adam avant le péché était à l'image de Dieu, mais lorsque le péché arriva son esprit c'est façonné à l'image de sa chair, elle c'est humanisé ou dédivinisé. C'est pour cela que Jésus dit de nous-mêmes que nous sommes COMME des Dieux. Mais pour être COMME un Dieu, il faut penser et agir COMME Jésus pense et agi en tant que Dieu et non agir comme un simple homme dénudé de divin qui pense et agit selon la chair et non selon l'esprit de Dieu.

    Cette conception humaniste de l'incarnation du verbe contenu dans cet extrait du concile a tout simplement dépouillé Jésus de ses attributs divins, soit son intelligence et sa volonté divine. De plus, le verbe de Dieu avant son incarnation avait la même intelligence et la même volonté qu'après son incarnation, son intelligence ne s'est pas modifié lorsqu'il s'est fait chair. L'esprit de Dieu ne change pas. Donc, la définition de l'incarnation du concile Vatican II est une hérésie lorsqu'elle laisse sous-entendre que la nature humaine absorbe la nature divine dans ses attributs alors que le dogme ne permet pas que la volonté de la chair de Jésus s'additionne à celle de son esprit pour n'en faire qu'une seule. Car, il n'y a qu'une seule volonté de Dieu et non deux et la chair s'oppose à l'esprit dans ce qu'elle désir.

    "Car ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit." La chair de Jésus est née de la chair de Marie et son esprit est né du Saint-Esprit. L'esprit de Jésus est la manifestation de l'esprit du verbe et non de l'esprit de sa chair. Le concile mélange la chair à l'esprit, alors que ses deux natures sont distinctes. La nature divine est spirituelle et la nature humaine est charnelle. Saint Léon le grand (docteur de l'incarnation) l'affirme lui-même que "la chair est la manifestation de la nature humaine" Et l'intelligence est du domaine de l'esprit et non de la chair. C'est pour cela que l'intelligence de Jésus est divine et non humaine. Et l'évangile dit très bien que le verbe s'est fait chair. L'évangile n'a pas dit qu'il s'est fait esprit, car le verbe était déjà un esprit.

    « Toute chair n'est pas la même chair; autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais l'éclat des corps célestes est d'une autre nature que celui des corps terrestres» 1Co15,39 .

    « Voyez mes mains et mes pieds; c'est bien moi. Touchez-moi et constatez, car un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'en ai. » Lc.24,39

    "En effet, la loi de l'Esprit de la vie m'a affranchi en Jésus-Christ de la loi du péché et de la mort. Car, ce qui était impossible à la Loi parce qu'elle était sans force à cause de la chair, Dieu l'a fait : en envoyant, pour le péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et il a condamné le péché dans la chair, afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'Esprit." (Épitre au Romains 8, 2-4)
"La France c'est le ciel"
Avatar de l’utilisateur
Léon XIV
Site Admin
 
Message(s) : 165
Inscription : 05 Mai 2010, 17:48

Re: Honorius et son infaillibilité pontificale.

Message par Léon XIV » 01 Juin 2010, 08:13

C'est pour cela que nous pouvons dire que Jésus est le fils de l'homme selon la chair et fils de Dieu selon l'esprit. Le verbe de Dieu ne peut pas acquérir de l'intelligence ou une vertu en s'incarnant dans un corps d'homme. La nature de l'homme n'a rien à apprendre à celui qui est déjà par nature, la vérité absolue. Tout ce que la nature humaine peut donner en héritage à Jésus, c'est de la chair, du sang et des os. Rien de plus.
"La France c'est le ciel"
Avatar de l’utilisateur
Léon XIV
Site Admin
 
Message(s) : 165
Inscription : 05 Mai 2010, 17:48

Re: Honorius et son infaillibilité pontificale.

Message par Léon XIV » 01 Juin 2010, 08:16

    « Mon prédécesseur susdit disait donc, dans son enseignement sur le mystère de l’incarnation du Christ, qu’il n’a pas existé en lui, comme en nous pécheurs, deux volontés contraires, de l’esprit et de la chair. Ce que certains ont retourné en leur propre conception, et ils ont pensé qu’il aurait enseigné une seule volonté de sa divinité et de son humanité, ce qui est totalement contraire à la vérité » (Pape Jean IV: lettre Dominus qui dixit à l’empereur Constantin III, printemps 641). De plus, il est important de clarifier le dogme de l'incarnation pour comprendre un peu le cas d'Honorius. On affirme que Jésus-Christ a deux volontés en lui et cette affirmation est vraie. Mais d'un point de vue théologique, on peut aussi dire qu'il n'a qu'une seule volonté. Les deux affirmations peuvent être vraies. Ce qui mélange tous les théologiens sur ce sujet. La première affirmation est vraie uniquement parce que la volonté de la chair existe en Jésus-Christ.
    Et l'affirmation qu'il y a qu'une seule volonté en Jésus-Christ est aussi vraie, car la volonté de sa chair ne s'exprime jamais, elle est complètement soumise à Dieu, c'est seulement la volonté de son esprit qui s'exprime. La chair de Jésus n'exprime jamais sa volonté, c'est pour cela qu'on peut aussi dire que Jésus n'a qu'une seule volonté qui s'exprime ou sinon Jésus n'aurait pas fait la volonté de Dieu en tout temps. Et sur chaque geste que l'on doit faire, il n'y a qu'une seule volonté de Dieu et non deux. Et ce qui mélange encore plus les théologiens, c'est que la volonté de la chair de Jésus ne s'additionne pas à celle de son esprit pour n'en faire qu'une seule, comme l'affirme Paul IV par la conjonction de coordination "et" qui suppose selon le sens du texte une addition.




    Maintenant, après avoir étalé devant vous le dogme de l'incarnation. Relisez cette lettre de l'abbé Jean Sympon, lequel, trois ans seulement après la mort d'Honorius, écrivait à l'empereur Constantin, fils d'Héraclius: "Quand nous parlâmes d'une seule volonté dans le seigneur, nous n'avions point en vue sa double nature, mais son humanité seule. Sergius, en effet, ayant soutenu qu'il y avait en Jésus-Christ deux volontés contraires, nous dîmes qu'on ne pouvait reconnaître en lui ces deux volontés, savoir celle de la chair et celle de l'esprit, comme nous les avons nous-mêmes depuis le péché." (Car. Sardagna Théolog. dogm. polem, in-8, 1810. Tome 1, Controv. IX, in append. de Honorio, n 305, p.293) Après lecture de ceci nous sommes en droit de croire que Sergius sans être infaillible sur tout ce qu'il a dit détenait quand même une vérité, C'est à dire que la volonté de la chair ne s'exprime jamais puisque le péché ne peut pas s'exprimer en Jésus-Christ. Alors ayant le droit comme je l'ai expliqué plus haut de dire que Jésus-Christ en tant que Dieu, n'avait qu'une seule volonté, soit celle de son esprit.

    Alors si nous reprenons les mots d'Honorius cités par Saint Maxime: " Il n'y a qu'une seule volonté en Jésus-Christ, puisque sans doute la Divinité s'était revêtue de notre nature, mais non de notre péché, et qu'ainsi toutes les pensées charnelles lui étaient demeurées étrangères." (ad marinum presbyterum. Voy. Jac. Syrmondi, Soc. Jesu presb. opera varia, in-fol, ex typog. regid. tome III, Paris, 1696, page 481)

    Nous sommes donc en droit d'admettre que Honorius avait le droit d'approuvé le sentiment de Sergius sur une volonté unique, soit celle de l'esprit, sans qu'il est pour autant appuyé tout ce que Sergius a pu dire, mais seulement cette partie véridique du dogme de l'incarnation.

    Cependant, Sergius utilisa cette partie véridique du dogme, appuyé par une lettre d'Honorius, afin de faire croire à tous que le vicaire appuyait toutes ses erreurs. Alors, Sergius a réussi à faire croire au théologien qui était dans la confusion sur cette partie du dogme qu'Honorius appuyait toutes ses hérésies sans faire de distinction entre ce qui est vrai et ce qui est faux. Cet événement a eu pour effet d'associé Honorius avec les hérétiques, alors qu'il ne l'était pas. Et je crois que le VI concile a effectivement accusé Honorius d'être hérétique au même titre que Sergius, mais sans pour autant le condamner comme tel. Et je crois que les Grecs ont utilisé cette brèche pour falsifié les documents en ajoutant à la simple accusation, un décret qui condamne Honorius comme étant hérétique.



    Les Grecs étaient souvent perçus négativement à cause de leurs fraudes multiples, même plusieurs vicaires de Jésus-Christ s’en plaignaient assez souvent. Le pape St. Nicolas 1er, dans sa lettre à l'empereur Michel, donna une autorisation basée sur un document qu’il avait reçu de Grèce, mais en précisant: « pourvu que ce document ne soit pas falsifié selon la coutume des Grecs (non falsata more Grae­corom) » Le pape saint Léon 1er le Grand dans sa Lettre "Puritatem fidei" du 10 mars 454 affirma que certains avaient falsifié sa lettre à Flavien. Les faussaires en falsifiant le texte soutenaient que le pape Saint Léon le grand serait tombé dans l’hérésie de Nestorius.
    Saint Léon le Grand (docteur de l'incarnation) déclara aussi infailliblement que « Les manuscrits faits à Rome sont bien plus véridiques que ceux fabriqués par les Grecs, parce que chez nous, on ne pratique ni les artifices ni les impostures » (Lettre 6 à Narsem.)



    Alors, il y a deux volontés existantes en Jésus et une seule volonté agissante.
    Le pape Honorius avait raison!
"La France c'est le ciel"
Avatar de l’utilisateur
Léon XIV
Site Admin
 
Message(s) : 165
Inscription : 05 Mai 2010, 17:48


Retour vers Doctrine de l'Église

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)

cron